Accusés d’avoir volé ou extorqué des dealers de drogue et revendeurs de cigarettes de contrebande, ces hommes âgés de 37 à 60 ans encourent jusqu’à 10 ans de prison, les faits ayant été commis en réunion et par personnes dépositaires de l’autorité publique.

Neuf ans après les faits présumés, ils n’ont toujours pas encaissé les propos du procureur de Marseille de l’époque, Jacques Dallest, qui avait parlé de « gangrène », les accusant de « se payer sur la bête » et de « prélever leur dime ». « Il n’y pas de place pour ceux qui salissent l’uniforme de la police », avait renchéri Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur.

L’intégralité de l’article ici