Dans les quartiers de ce département, pourtant moins impacté par la délinquance que d’autres, les violences ciblant la police se multiplient depuis des mois. Parmi les explications avancées, la crise sanitaire, qui laisse des jeunes désœuvrés.

C’est une triste habitude, presque une banalité. Dans les Yvelines, les affrontements avec la police et les guets-apens sont quotidiens. Dans la nuit de dimanche à ce lundi, c’est au square de la Commune-de-Paris à Trappes, qu’une vingtaine de jeunes ont tendu un énième piège aux forces de l’ordre en patrouille qui sont parvenues à les neutraliser.

Vers 0 h 40, les policiers de la brigade anticriminalité patrouillent dans le quartier. Ils repèrent un groupe qui se prépare à leur tomber dessus. Les fonctionnaires contournent la position mais essuient immédiatement des jets de pierres et deux tirs de mortier de feux d’artifice, provenant de deux groupes séparés. Ils mettent pied à terre et lancent deux grenades lacrymogènes pour se dégager. Cette fois, les assaillants se dispersent sans plus de casse.

L’intégralité de l’article ici