Avec l’agriculteur de Breil-sur-Roya Cédric Herrou, Pierre-Alain Mannoni fait partie des premiers militants poursuivis par les autorités à partir de 2016 pour l’aide apportée à des migrants à la frontière italienne. Lui-même avait hébergé brièvement trois Érythréennes réfugiées dans un centre de vacances français désaffecté avant de les conduire en voiture à une gare SNCF vers Marseille où elles devaient être soignées par des associations.

L’intégralité de l’article ici