En cause: des tweets publiés en décembre 2015, quelques semaines à peine après les attentats revendiqués par l’EI à Paris et en Seine-Saint-Denis.

L’intégralité de l’article ici