Deux associations et 34 plaignants ont dĂ©posĂ© des plaintes jeudi au tribunal judiciaire de Paris. Ils estiment disproportionnĂ© l’usage de la force utilisĂ©e pour dĂ©manteler des camps de migrants. Trois prĂ©fets sont visĂ©s par l’une de ces plaintes pour « complicitĂ© de violences volontaires ».

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici

(Merci Yann Bourguignon)