Le meurtrier d’une chef d’entreprise en 2018, en Gironde, ne passera pas devant les assises. Les experts psychiatres ont Ă©cartĂ© sa responsabilitĂ© pĂ©nale, mĂȘme s’il savait que sa consommation de drogues ne pouvait qu’aggraver sa maladie mentale.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici