Vingt-quatre heures et puis plus rien. Les messages via les « stories » du rĂ©seau social Snapchat sont assez prisĂ©s par les dealers, qui ont pris l’habitude de les utiliser pour Ă©changer avec les consommateurs de drogue. Et c’est bien ce qui a fait rĂ©agir le ministre de l’IntĂ©rieur, GĂ©rald Darmanin, mercredi : « « C’est sur Snapchat que les livreurs de drogue donnent leurs rendez-vous, comme vous donnez rendez-vous sans doute pour livrer une pizza. (
) C’est totalement dĂ©moralisé », a-t-il dĂ©clarĂ© sur France Inter, dĂ©nonçant une « ubĂ©risation » du trafic via «  les rĂ©seaux sociaux ».

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici