“Quand j’étais premier adjoint à la mairie d’Antibes (Alpes-Maritimes), je voyais les jeunes sortir du bureau du juge en nous narguant. Cette peine n’était plus adaptée“​, assure Éric Pauget, député LR. Jeudi 20 mai, dans la soirée, son amendement pour la suppression des rappels à la loi a été voté par l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi pour la confiance dans la justice. Il a même été voté deux fois, puisque le gouvernement a proposé le même texte au mot près.

La raison ? Le gouvernement a voulu marquer le coup, après la mort du policier Eric Masson, à Avignon, le 5 mai, et la marche des policiers de mercredi. En effet, la suppression des rappels à la loi faisait partie de leurs revendications. “Ils provoquent un sentiment d’impunité, tant chez les victimes que chez les auteurs“​, a justifié le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, devant les députés.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici