Dans le Gard, la traque de celui qui est suspectĂ© d’avoir tuĂ©, il y a deux semaines, son patron et un de ses collĂšgues dans une scierie des Plantiers aura durĂ© trois jours et trois nuits, mobilisant plus de 350 gendarmes, dont les deux nĂ©gociateurs haut-pyrĂ©nĂ©ens de la cellule de crise rĂ©gionale, RĂ©mi et Julien. Une mission Ă  haut risque ? Pas pour les nĂ©gociateurs de la gendarmerie, rodĂ©s Ă  l’exercice mais surtout « programmĂ©s » pour rĂ©ussir leur mission. Et avec la reddition du suspect, on peut parler de rĂ©ussite. « Pour nous, seul le rĂ©sultat compte », souligne Julien.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici