Cet homme de 48 ans était enfermé chez lui à Saint-Etienne-le-Laus, près de Gap, depuis mardi après-midi.

Il vivait avec sa mère et a eu un différend avec elle.

Quand les gendarmes, appelés par sa mère, sont arrivés, il leur a montré une arme et s’est enfermé dans son domicile.

Les négociateurs du GIGN l’ont décrit comme « fragile psychologiquement ».

Il est mort mercredi d’une blessure au thorax reçue lors de l’assaut des gendarmes du GIGN.

Le GIGN a « Ă©tĂ© contraint d’opĂ©rer un tir pour le neutraliser eu Ă©gard Ă  son comportement menaçant », a indiquĂ© Florent Crouhy, procureur de Gap, peu après l’intervention.