De nombreux sujets devraient ĂȘtre Ă©voquĂ©s lors de cet Ă©vĂ©nement, qui doit rĂ©unir des acteurs du monde judiciaire et pĂ©nitentiaire, mais aussi des reprĂ©sentants de la sociĂ©tĂ© civile, Ă  la rentrĂ©e.

« Le PrĂ©sident de la RĂ©publique a dĂ©cidĂ© de lancer les États gĂ©nĂ©raux de la Justice », annonce dans un court communiquĂ© ce samedi l’ÉlysĂ©e, soulignant le « profond attachement » d’Emmanuel Macron Ă  « la sĂ©paration des pouvoirs ». Il recevait vendredi soir la premiĂšre prĂ©sidente de la Cour de cassation Chantal Arens, ainsi que le procureur gĂ©nĂ©ral prĂšs de la Cour de cassation, François Molins, les deux plus hauts magistrats de l’ordre judiciaire.

Le palais prĂ©sidentiel a dĂ©clarĂ© Ă  BFMTV dans la matinĂ©e que cette annonce a Ă©tĂ© faite en accord avec ces deux magistrats, mais qu’il s’agit aussi d’un souhait Ă©manant d’avocats et d’acteurs de la sociĂ©tĂ© civile, qui font remonter au chef de l’État depuis plusieurs mois leur souhait de ces États gĂ©nĂ©raux.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici

(Merci Rudy van Cappellen)