« Elle voulait comprendre la rĂ©alitĂ© du terrain, elle a vu ce que c’était. » Pour ce policier angevin, ce qui s’est passĂ© dans la nuit du samedi 5 juin au dimanche 6 juin Ă  Angers (Maine-et-Loire) est le quotidien des policiers depuis de Â« trop nombreux mois »

Cette nuit-lĂ , la dĂ©putĂ©e LREM de la 6e circonscription de Maine-et-Loire, Nicole DubrĂ©-Chirat a suivi, durant quatre heures, un Ă©quipage de la brigade anticriminalitĂ© (bac). Â« J’avais dĂ©jĂ  suivi, durant plusieurs jours, un Ă©quipage de police secours. Mais lĂ , je voulais me rendre compte du travail des policiers la nuit », explique l’élue. Au milieu de la nuit, l’équipage de la bac a Ă©tĂ© appelĂ© dans le quartier de la Roseraie pour des rodĂ©os.

La dĂ©putĂ©e prend place dans la voiture qui se rend sur place. Cette derniĂšre va ĂȘtre prise pour cible. « Nous avons reçu des projectiles sur la voiture. Nous recevions des pierres mais aussi des pommes de terre congelĂ©es. Il y a eu des impacts sur la voiture de police », raconte Nicole DubrĂ©-Chirat.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici