« En vingt-cinq ans, 1 100 fonctionnaires de police se sont donnĂ© la mort, soit 44 personnes chaque annĂ©e en moyenne, l’équivalent d’une importante direction dĂ©partementale de la sĂ©curitĂ© publique rayĂ©e de la carte en une gĂ©nĂ©ration », selon BenoĂźt Briatte, le prĂ©sident de la Mutuelle gĂ©nĂ©rale de la police.

C’est 50% de plus que le reste de la population.

Au sein de cet organisme d’assurance complĂ©mentaire santĂ© « maison », vĂ©ritable institution au sein de l’institution, le problĂšme a Ă©tĂ© jugĂ© suffisamment inquiĂ©tant pour mener une Ă©tude dĂ©taillĂ©e sur le bien-ĂȘtre des policiers au travail.

D’aprĂšs les rĂ©sultats, « 40% des policiers sont en dĂ©tresse psychologique », 24% ont mĂȘme envisagĂ© de se suicider ou ont entendu des collĂšgues vouloir le faire au cours des 12 derniers mois. Une tendance bien au-dessus de la moyenne nationale.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici

(Merci Yann Bourguignon)