En Afrique du Sud, l’un des pays les plus violents au monde, 500 000 agents privés sont déployés sur le terrain, notamment dans les banlieues riches de la capitale économique.

La nuit tombe sur un quartier cossu de Johannesburg et trois gardes armés jusqu’aux dents partent en patrouille. Un peu plus tôt, ils se retrouvaient pour revêtir l’uniforme, tester leurs fusils d’assaut… et prier. Après avoir détaillé les incidents des douze dernières heures, dans la salle de gym de la « caserne », le commandant interroge la relève, une dizaine de ninjas au garde-à-vous : « D’autres questions ? Alors on baisse la tête. » Casquettes retirées entre mains jointes. Amen.

L’intégralité de l’article ici