Les investigations sur le forcené qui a attaqué les forces de l’ordre et séquestré une femme, le 28 mai près de Nantes, révèlent qu’il s’était mis à prier avant de mourir, tout en déclarant avoir commis «une bêtise». Sa grande religiosité et ses troubles psychiatriques divisent les magistrats sur l’opportunité de requalifier les faits en acte terroriste.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici