Le rapprochement police-population est un enjeu important de notre institution.

Et si le trait d’union Ă©tait l’art ?

A AngoulĂȘme, ville emblĂ©matique de la bande dessinĂ©e, une convention a Ă©tĂ© signĂ©e pour crĂ©er du lien entre les habitants et les policiers.

« Ce projet est nĂ© d’une rencontre et d’une envie commune entre partenaires, un soir lors du Festival du film francophone d’AngoulĂȘme. Notre envie premiĂšre Ă©tait de crĂ©er du lien entre les habitants de quartier, les policiers et le monde de l’art, ici Ă  AngoulĂȘme, qui est reprĂ©sentĂ© par la bande dessinĂ©e. Trouver un vecteur ludique et nouveau pour se parler, partager et apprendre Ă  se connaĂźtre. »


Je reste persuadĂ©e, et grĂące aussi Ă  mon ami RĂ©gis Hector, que le dessin sert Ă  faire passer des messages de maniĂšre plus douce et plus ludique en mettant en avant de façon plus prononcĂ©e la bienveillance et l’humanitĂ© de nos policiers…

Commandant Ariane ABITBOL