Afin de soi-disant lutter contre les contrôles d’identités « au faciès », six associations avaient, en début d’année, sommé l’État de prendre des mesures pour que « ces pratiques discriminatoires et humiliantes » cessent. N’ayant pas obtenu de réponse, elles viennent, ainsi qu’elles l’avaient annoncé, de saisir le Conseil d’État afin que la haute juridiction administrative se prononce sur le sujet, et enjoigne le gouvernement d’agir.

L’article de Confiance en la justice ici