Les jours de ces habitantes de Saint-Jean-de-la-Ruelle, qui n’auraient pas été directement visées par les tirs mais auraient tenté de s’interposer au cours d’une rixe, dans la soirée du samedi 31 juillet, ne seraient plus en danger. Aucune interpellation n’a encore été menée dans ce dossier.

L’article de La République du Centre ici