Le journaliste Taha Bouhafs a été relaxé mardi par le tribunal correctionnel de Créteil des poursuites le visant pour « outrage » et « rébellion » envers un policier, qu’il accuse lui-même de violences lors de son interpellation en 2019 en marge d’une manifestation.

L’article du Parisien Ici