Une petite signature peut avoir des grandes conséquences. Un prévenu jugé la semaine dernière pour son implication dans le trafic de stupéfiants a finalement échappé à la condamnation. La faute à un procès-verbal non signé que Me Sarah Nabet-Claverie, du cabinet Parra-Bruguière, a relevé.

L’article de La DĂ©pĂŞche ici