Dans ses recommandations, la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté dénonce « la totale indignité » des conditions d’accueil des personnes gardées à vue. Et ce, malgré de précédents rappels à l’ordre.

L’article de Ouest France ici