Du côté des avocats, on a brandi la loi selon laquelle la justice ne pouvait pas exclure définitivement du territoire français les prévenus, même ceux qui n’avaient pas d’attache en France.

L’article du JSL ici