Le journaliste militant Taha Bouhafs vient d’être condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 1500 euros d’amende pour avoir qualifié la syndicaliste policière Linda Kebbab d’«arabe de service».

Le tribunal le reconnaît coupable d’injure publique à raison de l’origine.