Une responsable de magasin, en pleurs, appelant le propriétaire du fonds de commerce pour lui dire qu’elle va remettre sa démission. « Le 23 septembre, vers 16 h, j’ai aperçu une bande s’approcher d’une jeune fille et l’enserrer par la taille, contre son gré. L’un d’eux a vu que je regardais, il m’a donné l’ordre de baisser les yeux. J’ai tenu tête, il s’est rué vers moi. On était front contre front. Il avait les yeux exorbités du camé. J’ai cru que mon heure était venue », raconte-t-elle.

L’article du Télégramme ici