Depuis 2018, le ministère de la justice a dĂ©pensĂ© au moins 125 millions d’euros pour faire la chasse aux tĂ©lĂ©phones portables en prison. Son arme : le brouillage des communications mobiles.  

En 2018, Nicole Belloubet, ministre de la justice l’annonçait : “nous n’autorisons pas les tĂ©lĂ©phones portables en dĂ©tention, c’est la raison pour laquelle nous avons pris un marchĂ© pour brouiller les tĂ©lĂ©phones portables qui sera extrĂŞmement efficace”. Efficace, vraiment ? Pour le savoir, l’Oeil du 20h a pris l’exemple de la prison de la santĂ©, Ă  Paris.

L’article de France Info ici

(Merci Fabrice Guérault)