TU ES UN VRAI POLICIER SI :

– Tu as signĂ© pour une boite qui ne t’a jamais fourni de contrat de travail
– Quand tu t’approches d’un immeuble, tu regardes toujours au-dessus de toi pour voir si rien ne te tombe dessus
– Tu penses qu’avoir un 13ème mois et un CE est un privilège.
– Les gens sont persuadĂ©s que tu as plein d’avantages, alors que le seul que tu as, c’est des rĂ©ductions Ă  Eurodisney et au Parc AstĂ©rix.
-Tu entends parler de Sarkosy plus de 3 fois par jour, alors qu’il n’est mĂŞme plus ministre de l’intĂ©rieur.
– Tu as dĂ©jĂ  roulĂ© Ă  plus de 100km/h….en ville
– On te demande souvent si tu mets tes menottes Ă  ta femme alors qu’elles ont Ă©tĂ© portĂ©es par des SDF, des galeux et des sidĂ©ens
– Tu es rĂ©gulièrement exposĂ© Ă  des maladies tropicales alors que tu n’as pas les moyens de partir en vacances Ă  l’Ă©tranger.
– Quand il y a une fuite de gaz avec un taux d’explosivitĂ© de 100%, tu es un des seuls Ă  rester sur place.
– Quand il y a un accident , tu pries pour qu’il soit uniquement matĂ©riel, alors que tous les gens autour ralentissent pour voir du sang et prendre des photos.
– Pour toi, faire dĂ©crocher un pendu Ă  un stagiaire est une bonne blague.
– Tu en as marre que les sĂ©ries policières soient irrĂ©alistes, et tes remarques Ă  ce sujet commencent Ă  saoĂ»ler ta femme et ta fille qui passaient une bonne soirĂ©e jusque lĂ .
– Tu vois rĂ©gulièrement des RMIstes qui ont plus d’argent en liquide sur eux que tu n’en reçois sur ton compte Ă  la fin du mois, qui te disent que c’est leurs Ă©conomies.
– Quand je te dis  » qu’un M.E.C. que tu as contrĂ´lĂ© en C.E.E.A est, d’après le C.I.C, connu au F.P.R. pour un V.M.A, qu’il a un S.T.I.C. long comme mon bras, que son V.L. ressort positif au F.V.V., que l’O.P.J te demande de le passer au S.N.P.C pendant qu’il le met en G.A.V. et qu’en faisant une recherche au F.N.E. , tu t’aperçois qu’il est en I.L.E.  » , tu as tout compris.
– A noĂ«l et au jour de l’an tu es loin de tes proches et fais un repas aux chandelles devant une voiture brĂ»lĂ©e, un kĂ©bab Ă  la main.
– Le mot « acropole » ne te fait pas penser Ă  un voyage en Grèce
– On te dit au moins une fois par jour « mais moi je travaille… » , alors que toi, probablement , tu dois ĂŞtre lĂ  pour t’amuser
– les gens sont persuadĂ©s que tu dois leur obĂ©ir parce qu’ils paient des impĂ´ts (alors que c’est bien connu, les flics en sont exonĂ©rĂ©s….)
– Tout tes amis t’ont dĂ©jĂ  demandĂ© au moins une fois si tu as dĂ©jĂ  fait usage de ton arme.
– Tu t’es dĂ©jĂ  pris un coup de muselière dans les joyeuses parce que tu es allĂ© dire bonjour Ă  un collègue de la canine
– Tu utilises le mot « collègue » au moins 3 fois par jour
– l’ami d’un ami d’un ami t’a dĂ©jĂ  demandĂ© de lui faire sauter un T.A.
– Tu es un des seuls depuis 3 siècles Ă  avoir utilisĂ© l’expression  » haute bienveillance « 
– On essaie de te faire croire que tu es daltonien, car tu confonds le vert, l’orange et le rouge. Pourtant, mĂŞme daltonien, tu saurais que le feu rouge est celui du haut.
– Tu as dĂ©jĂ  regardĂ© un certificat d’assurance d’une voiture garĂ©e Ă  cĂ´tĂ© de toi sur le parking du supermarchĂ©.
– Quand tu Ă©pelles ton nom au tĂ©lĂ©phone, tu utilises l’alphabet international
– Tu connais des rues qui n’apparaissent mĂŞme pas sur ton plan de la ville
– Tu as dĂ©jĂ  vu des gens qui ont leur plaque de cuisson Ă©lectrique sur le tapis du salon. – tu enrages de voir des gens faire peur Ă  leur gamin en disant que tu vas les arrĂŞter, car le jour oĂą ils seront perdus, ils auront peur de venir te voir.
– Tu as dĂ©jĂ  constatĂ© par toi mĂŞme qu’il y avait plus de dignitĂ© dans les cantines des restos du coeur que dans les rĂ©ceptions mondaines
– Les filles bourrĂ©es s’intĂ©ressent soudainement Ă  toi.
– tu es obligĂ© de laisser une adresse et un numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone quand tu es en congĂ©s.
– Tu as dĂ©jĂ  conduit des tas de voitures qui ne passeraient mĂŞme pas au contrĂ´le technique
– Quand tu conduis, tu vois les gens jeter leur tĂ©lĂ©phone portable Ă  leurs pieds et se jeter sur leur ceinture de sĂ©curitĂ©.
– Tu portes un T-shirt , un gilet pare-balle, une chemise et un gros pull en laine alors qu’il fait 25° dehors. Une semaine plus tard, tu es en chemisette alors qu’il fait 5° le matin.
– Tu as dĂ©jĂ  reçu un coup de tĂ©lĂ©phone de la femme d’un collègue qui veut parler Ă  son mari alors qu’il a posĂ© sa journĂ©e, et tu as rĂ©pondu qu’il Ă©tait parti en intervention.
– tu as Ă©crasĂ© plus de shit sous tes rangers que certains consommateurs n’ en auront jamais fumĂ©
– On te reproche l’implantation des radars automatiques, alors que toi aussi tu les dĂ©teste.
– Tout le monde te demande sa route, alors que contrairement Ă  eux, tu n’es pas du coin.
– Tu possèdes une « carte de pĂŞche » alors que tu ne sais mĂŞme pas monter une ligne.
– On t’a dĂ©jĂ  demandĂ© un mandat de perquisition.
– On te reproche de laisser ressortir des dĂ©linquants alors que tu ne bosse mĂŞme pas pour le ministère de la justice.
– Tu ne trouves jamais ta profession sur les formulaires administratifs et tu trouves idiot de marquer l’adresse de ton employeur.
– Tu manges plus souvent avec tes collègues qu’avec ta femme.
– Tu t’occupes parfois plus des enfants des autres que des tiens.
– Tu traverses la ville Ă  tombeau ouvert pour une victime qui ne veut mĂŞme pas dĂ©poser plainte.
– Tu arrives Ă  manger et Ă  rigoler Ă  cĂ´tĂ© d’un mort.
– Tes heures de nuit sont payĂ©es 0,37 euros supplĂ©mentaires seulement.
– Entendre :  » wesh, rouya, bien ou bien? La bess? -ouaaaaiiis, ouais, trankil! j’vais au habs, 6 mois, zarma! » ne te choque mĂŞme plus.
– Tu fais la diffĂ©rence entre un feu de voiture et un feu de poubelle rien qu’Ă  l’odeur.
– Tu rentres chez toi en puant la fumĂ©e ou le clodo
– En arrivant en Ă©cole, on te refroidit directement en te disant que statistiquement, 3 Ă©lèves de ta section seront morts avant la fin de leur carrière.
– Tu commences Ă  connaĂ®tre tous les SDF et aliĂ©nĂ©s de ta ville.
– Tu enregistres le dĂ©filĂ© du 14 juillet pour regarder au ralenti si tu ne vois pas des connaissances.
– On t’a laissĂ© moins d’un mois pour trouver un logement sur Paris et faire ton dĂ©mĂ©nagement, alors que tu es bloquĂ© toute la semaine dans une Ă©cole Ă  NĂ®mes.
– tu attends 6 mois une paire de chaussures alors que le SGAP est Ă  10 km
– Tu sautes une tranche d’imposition Ă  cause d’un rattrapage de salaire d’un an.
– Tu as dĂ©jĂ  essayĂ© d’expliquer pendant une heure Ă  une personne que son problème relève du civil et non du pĂ©nal… sans rĂ©ussir Ă  le lui faire comprendre.
– L’expression « plante verte » te fait plus penser Ă  une ambassade qu’Ă  Jardiland.
– On te pose des questions de droit des assurances, alors que tu n’es pas plus assureur que la personne que tu as en face de toi.
– Tu envies les gendarmes qui ont un logement de fonction alors que tu as volontairement choisi de ne pas ĂŞtre gendarme pour ne pas avoir Ă  vivre en caserne.
– tu as plein de collègues qui font des trithĂ©rapies alors qu’ils n’ont jamais eu de relations sexuelles Ă  risque.
– Tu connais au moins un gars qui croit qu’il va sauver le monde et qui fait des demi-tours au frein Ă  main parce qu’il a croisĂ© une voiture qui n’avait pas le macaron du contrĂ´le technique.
– Tu t’Ă©tonnes qu’Ă  l’heure de l’Iphone et de la PSP, il n’y ait pas encore d’ordinateur embarquĂ© qui fonctionne correctement.
– Tu travailles encore avec un logiciel de traitement de texte qui pourrait fonctionner sur un minitel.
– Tu as des mots d’amour qui te sont adressĂ©s sur les murs des halls d’immeuble et visiblement tes admirateurs n’aiment pas les prĂ©liminaires.
– Tu as dĂ©jĂ  entendu : « arrĂŞte tes conneries, je t’ai reconnu! » quand tu annonces ta qualitĂ© au tĂ©lĂ©phone.
– Les discussions lors des repas de famille ou entre amis finissent toujours par tourner autour de ton boulot.
– Tu roules en voiture Française asthmatique en espĂ©rant rattraper la voiture Allemande d’un individu transportant des petits sachets vert !
– Les gens pensent que tu fais ce boulot parce que tu es un fasciste.
– Tu es obligĂ© d’acheter ton propre matĂ©riel pour bosser correctement…

– Quand tu souris amusĂ© car un ami se plaint d’avoir fait 30 min d’heure sup’
– Quand tu cherches un appart dans ton ancienne circo et que tu Ă©vites certaines communes proportionnellement aux inter que tu as pu y faire.

-Quand tu sonnes Ă  l’interphone chez les copains et que tu dis « Police, ouvrez ! »
– Quand tu connais la ville oĂą tu vis parce que chaque rue te rappelle une dĂ©couverte de cadavre, un VMA, une prise d’otage.

– Quand tu Ă©cris un courrier et que tu commences par « J’ai l’honneur de vous rendre compte ».
– Quand tu vas Ă  l’enterrement d’un collègue et que tu enterres un frère.

Auteurs anonymes

(Merci P.)