En octobre 2020, une enquête a été ouverte pour “mise en danger de la vie d’autrui”, après la plainte déposée par un sous-officier qui fustigeait les conditions de stockage de munitions et d’explosifs au sein du GIGN.

L’article de Valeurs Actuelles ici