Selon les informations d’Europe 1, une trentaine de policiers du service de la protection (SDLP) chargés de sécuriser les personnalités menacées et les candidats à la campagne présidentielle ont déposé un recours au mois de décembre devant le Conseil d’Etat.

Au cœur de leur doléance, l’éternel sujet des heures supplémentaires non payées au sein de la police nationale.

L’article d’Europe 1 ici