La justice antiterroriste voit se multiplier les dossiers liés à l’extrême droite radicale.

Actuellement, 52 personnes sont mises en examen pour des projets prévoyant un recours à la violence.

L’article de France Inter ici