Ambiance studieuse au Petit Marais, bar du centre-ville de Nantes. Sur l’habituelle piste de danse, Anthony répète ses conseils : « L’idée n’est pas de taper fort. Si tu me mets une gifle ici, cela suffit », explique-t-il à l’assemblée.

Autour de ce formateur au self-défense, une douzaine de professionnels de la nuit, la plupart serveurs ou barmen. Sur les douze stagiaires présents à cette formation, neuf ont déjà été agressés verbalement ou physiquement. Sur leur lieu de travail, mais aussi, lorsqu’ils rentrent chez eux la nuit.

L’article de 20 Minutes ici