Depuis le 16 février, date de la réouverture des boîtes de nuit, plusieurs femmes de la région nantaise ont été prises de malaises et ont constaté la trace d’une piqûre sur une partie de leur corps.

L’article du Parisien ici