À chaque indice recueilli par les gendarmes de la Cellule d’identification criminelle (CIC), une réflexion s’instaure pour en obtenir le meilleur

Ce n’est pas tout de collecter sans polluer, encore faut-il extraire l’information qui intéresse. « Nous nous concertons pour savoir comment on va opérer avec chaque indice récolté, selon sa matière, son importance, ce dont on a besoin comme élément objectif », détaille le major Bruno.

L’article de Sud-Ouest ici