Dans le cœur de ville, les femmes seules se sentent en insécurité, le nombre de faits signalés ayant explosé pendant l’été 2020. La mairie et la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de l’Hérault mettent en place des zones refuges, où les femmes qui se sentent menacées peuvent demander de l’aide. Les commerçants reçoivent une formation de trois heures pour accueillir dans les meilleures conditions des femmes ou des membres de minorités discriminées en état de stress ou de panique.

Pour se faire connaître sans éveiller l’attention, les victimes disposent d’un mot de passe : Maguelone.

L’article du Parisien ici