Des militants aspergés d’essence, insultés en marge de meetings ou lors du collage d’affiches… le candidat à la présidentielle Eric Zemmour et son parti déplorent ces « menaces et violences », et demandent « Ã  l’Etat de sévir ».

L’article de Var Matin ici