42 ans, 46 mentions sur son casier pour violence, recel, proxénétisme, outrages, dégradations… Ce Rémois cumule, notamment « de trop nombreuses infractions routières », précise le ministère public ce jeudi 7 avril, dans l’après-midi. Il a d’ailleurs été interpellé le 6 novembre dernier…

Le tribunal a décidé de lui faire confiance, sans lui imposer le contrôle judiciaire requis par le ministère public. Et pour cause, en dépit des 46 mentions figurant sur son casier et de la nouvelle infraction qui le conduit à nouveau à la barre du palais de justice, le Rémois a, ces dernières années, fait des efforts pour se réinsérer.

L’article de L’Union ici