Le militant, Zak Ostmane, avait été séquestré pendant deux jours dans une chambre d’hôtel par deux anciens légionnaires.

L’article du Parisien ici