Pas de miradors, ni de murailles hérissées de barbelés, encore moins de filet anti-projections. La SAS se veut simplement le prolongement de la prison de Villepinte, en proposant « un temps pour apprendre aux détenus à se réinsérer ».

L’article du Parisien ici