Une femme enceinte, accompagnée de son conjoint, s’est présentée mardi dans une officine près de Strasbourg : elle est parvenue à remettre un petit mot à la pharmacienne où était écrit « SOS », permettant d’alerter la police et d’interpeller son mari, soupçonné de violences conjugales.

L’article de La Voix du Nord ici

(Merci Rudy van Cappellen)