La juge d’instruction a concentrĂ© son analyse sur la notion de consentement. Elle estime que rien ne permet de remettre en cause la version des militaires, qui dĂ©crivaient une relation sexuelle librement consentie avec cette jeune NorvĂ©gienne, Ă  la caserne Plaisance en mai 2019.

L’article du Parisien ici