L’ex-candidat à la présidentielle estime que les incidents survenus samedi au Stade de France sont la faute de «banlieusards, pillards, voleurs et tutti quanti».

L’article du Figaro ici