Une soixantaine de personnes répondait hier après-midi à l’appel d’un rassemblement devant le commissariat du secteur pour interpeller les institutions, la Préfecture de police en tête.

Ils sont inquiets, démunis et ne savent plus très bien vers qui se tourner pour que les dégradations et les violences cessent. Mais une chose est sûre, ces habitants du 12e arrondissement de Marseille sont unis, solidaires et déterminés à se faire entendre. La situation se serait « tellement dégradée » entre Montolivet, Bois-Luzy, Saint-Barnabé et la Fourragère qu’ils ne peuvent plus se taire.

L’article de La Provence ici

(Merci Fabrice Guérault)