L’histoire, racontée avec aplomb, pouvait paraître de bonne foi. Et pour cause, le jeune homme est, aujourd’hui encore, convaincu de sa propre fable. D’un ton posé, il relate comment il aurait été frappé par quatre policiers municipaux de Tours, jeudi, vers 4 h du matin.

L’article de La Nouvelle République ici