Malgré la loi de 2016 qui a aboli ce délit, les marcheuses de Belleville assurent être la cible de contrôles d’identité systématiques. Les associations dénoncent «une lutte déguisée contre la prostitution de rue».

L’article du Parisien ici