Dans l’agglomération lyonnaise, les practiciens de SOS Médecins ne se déplacent plus de partout en raison des agressions dont ils ont été victimes.

L’article du Dauphiné ici

(Merci Yann Bourguignon)