» Les responsables de la mort de ce policier sont parfois des regards dédaigneux, des ordres ridicules, une pression terrible, un management abominable et inhumain et, surtout, une politique des ressources humaines affreusement cruelle, voire barbare. « 

Marc La Mola et Laure Garcia

W. était sportif, n’avait jamais bu une seule goutte d’alcool, pourtant il s’était laissé tomber, il avait abandonné. Après avoir quitté le commissariat, après nous avoir laissé dans notre bureau de cinq mètres carrés du 15 rue Jean Mermoz, édifice aux pierres rouges, vieillissant, lugubre, aux barreaux de fer tordus. Après nous avoir fait un signe de la main, il s’était engouffré dans son véhicule, il avait fait des tours de périphérique, intérieur puis extérieur, avant de se résoudre à rentrer chez lui.

Là, il avait vidé une bouteille entière de whisky, un liquide de 40 degrés d’alcool qui coulait dans ses veines, qui empoisonnait son sang et qui allait le conduire à presser la détente de son arme de service et à envoyer l’ogive brûlante sur sa tempe.

Marc La Mola a été flic durant plus de vingt ans, lui-même a failli retourner son arme contre lui. De sa rencontre avec Laure Garcia, policière en activité, ancienne syndicaliste et ancienne vice-présidente nationale d’une association liée au ministère de l’Intérieur, est né cet ouvrage. Un livre choc qui braque aussi le projecteur sur le fonctionnement parfois opaque de l’ANAS (association d’utilité publique largement subventionnée par l’État). Ensemble, ils nous livrent leurs témoignages et pointent les différentes raisons qui peuvent conduire chaque flic à se mettre une balle dans la tête.

Les auteurs apportent également leur vision de ce que devrait être une vraie police républicaine et donnent leurs solutions pour tenter d’enrayer le fléau du suicide au sein des effectifs de police.

Marc La Mola et Laure Garcia souhaitent par-dessus tout que ce livre puisse aider de nombreux policiers et éveiller les consciences endormies.

Commandez le livre sur Amazon en cliquant ici