Charlotte Caubel considère que ces enfants « n’ont pas choisi la radicalité de leurs parents » et qu’il faut les rapatrier rapidement.

L’article du Parisien ici