Cet individu de 33 ans avait succombé à une « asphyxie mécanique lente », liée à deux clés d’étranglement alors qu’il se rebellait lors de son interpellation. Les trois policiers ont été reconnus coupables de « fautes » en lien direct avec la mort d’Amadou Koumé.

L’article du Monde ici