Le ministère de l’Intérieur a proposé à la députée écologiste Sandrine Rousseau, régulièrement menacée sur les réseaux sociaux, de « lancer une évaluation » sur la mise en place d’une éventuelle protection policière.

 L’Unité de coordination de la lutte antiterroriste devra déterminer si les menaces contre Sandrine Rousseau sont suffisamment inquiétantes pour déclencher cette procédure.

L’article du Progrès ici