Ce n’est peut-ĂȘtre pas tout Ă  fait ainsi que le gouvernement imaginait les progrĂšs de l’open data des donnĂ©es publiques. Geispolsheim, Hendaye, Lyon, Mayotte, Le Mesnil-Amelot, Metz, Perpignan
 GrĂące au travail d’un collectif d’extrĂȘme gauche, abaslescra, les plans dĂ©taillĂ©s de nombreux centres de rĂ©tention administrative (CRA) français sont actuellement consultables sur Internet, en quelques clics.

L’article du Point ici