Le ministère de l’Intérieur a recensé près de 1.500 associations qui viennent en aide aux migrants dès leur arrivée jusqu’à leur parcours administratif. Mais un paradoxe existe puisque ces associations, pour certaines, sont critiquées par le gouvernement, alors que c’est l’État qui les mandate pour intervenir.

L’article d’Europe 1 ici